Exploration fonctionnelle respiratoire définition déroulement de lexamen et risques

first_imgExploration fonctionnelle respiratoire : définition, déroulement de l’examen et risquesL’exploration fonctionnelle respiratoire, ou EFR, est un examen médical permettant de mesurer le débit pulmonaire et de diagnostiquer un problème respiratoire.Définition de l’exploration fonctionnelle respiratoireL’exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) est un examen au cours duquel on mesure le volume pulmonaire et le débit d’expiration à l’aide d’un spiromètre. Retranscrites sur un graphique, ces informations sont étudiées par le thérapeute, qui les compare aux courbes standards à la recherche d’une anomalie. En cas de problème, et grâce à la mesure de la fonction des alvéoles pulmonaires, cet examen permet ainsi de mettre en évidence un trouble respiratoire qui peut être pulmonaire ou bronchique, comme une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). L’EFR permet également de surveiller l’évolution d’une pathologie respiratoire déjà connue (asthme, myopathie, etc.). Enfin, réaliser une exploration fonctionnelle respiratoire est utile dans le cadre d’un bilan préopératoire avant une chirurgie thoracique.Comment se déroule une EFR ?L’exploration fonctionnelle respiratoire est un examen qui consiste à respirer uniquement par la bouche (le nez est bouché avec un pince-nez pendant tout l’examen) dans un tuyau spécial équipé d’un embout (spiromètre). Il est également possible de réaliser cet examen dans un caisson particulier (une cabine étanche), le pléthysmographe corporel. L’appareil va enregistrer les variations de pression, tandis que la courbe des volumes inspirés et expirés est tracée. Dans un premier temps, il est demandé de respirer normalement, le volume habituel normal étant compris entre 0,5 litre par cycle et 7,5 litres par minute.Dans un second temps, il faut inspirer à fond, puis expirer le plus possible (volume expiratoire maximum), ce qui permet de traduire les volumes pulmonaires et la capacité vitale. On fait faire ces exercices deux ou trois fois. On réalise alors un rapport entre les deux (rapport de Tiffeneau) qui doit se situer autour de 80 %. À lire aussiACC (anticoagulants circulants) : définition, rôle, comment analyser les résultats ?En dessous, cela signe une obstruction bronchique, ce qui révèle un asthme ou un emphysème, voire une fibrose pulmonaire. Par ailleurs, il reste toujours un peu d’air dans les poumons : c’est le volume résiduel. Si les premières conclusions sont négatives, on peut poursuivre en réalisant une mesure de la fonction des alvéoles pulmonaires. Pour cela, on fait respirer une dilution d’oxyde de carbone qui, après avoir été retenue une dizaine de secondes, va être mesurée à l’expiration afin d’évaluer la qualité des échanges gazeux entre l’air et le sang. En cas de mauvais résultat, on peut estimer que les alvéoles sont épaissies, comme en cas d’infection ou de fibrose. L’ensemble de l’examen dure environ 45 minutes.Exploration fonctionnelle respiratoire : quels sont les risques ?Il n’existe aucun risque particulier à réaliser une exploration fonctionnelle respiratoire puisqu’il s’agit simplement de mesurer la capacité respiratoire d’un individu. De plus, cet examen n’est ni invasif ni douloureux. La seule contrainte est qu’il faut s’abstenir de fumer une heure avant l’examen.Le 27 juillet 2017 à 11:56 • Maxime Lambertlast_img